vendredi 14 septembre 2007

Ecouter le trafic aérien en direct d'Atlanta Airport

Les amateurs de Flight Simulator et les pilotes privés connaissent probablement l'interface ATC Monitor qui permet de suivre en direct les commentaires entre les pilotes d'avions civils et les contrôleurs aériens de l'aéroport d'Atlanta Center Northeast.ATC Monitor.
A l'intention des novices, rappelons que l'application requiert Windows Media Player 10. Ne vous étonnez pas qu'il y ait des interruptions, c'est qu'il n'y a tout simplement pas de communication en cours.
Le programme dispose de deux modes graphiques : Center Radar et TRACON Radar qui affichent la position de tous les avions dans le secteur surveillé. Les statuts sont rafraîchis toutes les 2 minutes. Cela peut vous aider à comprendre ce qui se passe. Vous pouvez également écouter les rotations quand il y en a au programme.
Vous pouvez également écouter le trafic aérien local sur un récepteur ondes-courtes disposant de la bande VHF réservée à l'aviation entre 118 et 137 MHz relié à une antenne rudimentaire (une antenne verticale de 2 m ou un long fil de 10m tendu à l'extérieur suffit). Ce sera plus difficile mais pas impossible avec une radio VHF portative.
Le travail des contrôleurs aériens
Avec une moyenne de 50000 avions au départ ou à l'arrivée des différents aéroports des Etats-Unis chaque jour (contre à peine 680 mouvements par jour à Bruxelles et 2000 à Paris), vous seriez étonné de la manière dont les 20000 contrôleurs aériens gèrent tout ce trafic tout en maintenant un niveau de sécurité exceptionnellement élevé.
Un contrôleur aérien américain gagne l'équivalent de plus de 10000 € par mois (100000$/an), une somme très enviable, mais qui s'impose par les exigences du métier qui requièrent notamment une capacité à travailler dans des situations très stressantes, y compris la nuit.
Le principal travail des contrôleurs aériens consiste à maintenir et à surveiller la distance de sécurité entre les avions en vol.
La Federal Aviation Regulations (FAR) impose à tout avion volant cap (heading) au sud et/ou à l'ouest de voler aux altitudes paires (par ex. 28000 pieds, 30000 pieds, etc) tandis que les avions volant cap au nord et/ou à l'est doivent voler aux altitudes impaires (par ex. 29000 pieds, 31000 pieds, etc.), ce qui garantit une séparation de 1000 pieds (env. 330 mètres) suffisante pour garantir leur sécurité.
Tout changement d'altitude ou de cap fait l'objet d'un contrôle pour éviter les "airmiss" et autres surprises.
Si les pilotes disposent d'un dossier météo et de divers moyens de navigation manuels ou automatiques, ils leur arrrivent de demander des confirmations aux contrôleurs à propos des conditions de vol, la météo d'arrivée et évidemment pour obtenir l'autorisation d'atterrir notamment. B-747 de la KLM volant 1000 pieds plus bas. Document J.Willems, http://www.joe-photo.com/
Les pilotes contactent également les contrôleurs aériens pour avertir le personnel au sol lorsqu'un passager tombe subitement malade et doit être pris en charge dès son arrivée, en cas d'avarie ou de problème en route.
Toutefois, les communications d'ATC Monitor ne concernent que les manoeuvres d'approche ou au départ de l'aéroport d'Atlanta. Le site propose également des liens vers d'autres aéroports civils.
Ce sont tous ces commentaires que l'interface ATC Monitor vous permet de suivre en direct.
Encore faut-il comprendre ce qu'on entend, tout jargon technique imposant un apprentissage. Dans ce cas ci beaucoup de termes sont abrégés, tels que "Flight Level 300", "1-3-thousand", "QTH 1-0-1-3", etc. Pour saisir le sens de ces mots, des guides de trafic aérien ou de pilotage peuvent vous aider, contacter éventuellement un club d'aviation, un pilote amateur ou un forum sur l'aviation pour en savoir plus.
Quant à l'accent américain, à force de l'entendre, on s'y habitue. Du reste, rassurez-vous, il m'arrive parfois de ne rien comprendre quand l'interlocuteur est volubile.
Notons que les logiciels "ProController" (PC), "Macradarscope" (Mac) ainsi que "Flight Simulator X Pro Edition" sont agrémentés de communications avec les contrôleurs aériens. Consultez également l'excellent site VATSIM.
Densité du trafic aérien mondial
Pour les spécialistes ou celui qui s'intéresse aux questions de réglementation aéronautique, le détail des procédures, le comment et le pourquoi du contrôle aérien sont documentés dans l'ouvrage "Fundamentals of Air Traffic Control", une brique de 600 pages écrite par Michael S. Nolan, publiée aux éditions Thomson Brooks/Cole en 2003.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire