vendredi 24 août 2007

Psiphon, un programme pour contourner la censure

Ainsi que nous l'avons déjà évoqué, la censure sur Internet et la répression policière des internautes sévissent dans quelque 25 pays dans le monde, notamment en Chine et certains pays musulmans, où les citoyens "subversifs" sont emprisonnés durant 10 ans ou condamnés aux travaux forcés à perpétuité.
Dans ces conditions, les blogueurs hésitent à parler de leur vie quotidienne ou de la répression dont ils font l'objet au quotidien, sur Internet.
Le programme Psiphon
Face à cette situation alarmante, un groupe de chercheurs du Citizen Lab de l'Université de Toronto, au Canada, a élaboré l'année passée un programme informatique baptisé Psiphon dans le but de contrer la censure sur Internet imposée par les autorités de ces pays.
Psiphon a pour but de permettre aux internautes habitant dans les pays libres d'aider les internautes résidants dans les pays d'oppression à contourner la censure sur Internet.
Il permet aux internautes de consulter Internet ou de mettre à jour leur blog ou leur site Internet. En revanche, Psiphon ne supporte pas l'instant messenger, le chat, VOIP ni Skype.
Le système mis en place à travers Psiphon ne laisse aucune trace sur l'ordinateur de celui qui l'utilise dans le pays censuré, afin de ne pas mettre cet internaute en danger. Le serveur Psiphon crée un "réseau social" à petite échelle, basé sur une relation de confiance entre l'administrateur habitant dans un pays non censurée et un ou plusieurs utilisateurs habitant dans un pays censuré.
Pour accéder librement à Internet ou mettre à jour son blog par exemple, l'ordinateur de l'internaute sous surveillance envoie une requête cryptée à un ordinateur intermédiaire situé dans un pays sûr, non censuré. L'ordinateur peut-être placé derrière un router ou un firewall. A part l'administration des comptes utilisateurs et des ressources système, la transaction est transparence pour la personne qui travaille sur cet ordinateur intermédiaire. Cet ordinateur renvoie l'information également de manière cryptée.
Les informations entrent dans l'ordinateur de l'internaute sous surveillance par le port 443. Vous le connaissez implicitement, c'est le port "https", celui qui sert au transfert des données sécurisées par Internet, notamment les données bancaires.
On suppose en effet que "le pays qui applique la censure ne va pas couper les transmissions sur les canaux réservés aux transactions financières", a expliqué Ronald Deibert, le directeur du Citizen Lab.
En revanche, pour être en mesure de bénéficier des services de ce programme, l'internaute résidant dans un pays où Internet est censuré doit obtenir un login et un mot de passe de la part d'une personne de confiance (un administrateur de psiphonode) qui va servir d'intermédiaire. Celle-ci devra également laisser son ordinateur allumer pour que cet internaute puisse entrer dans la "zone libre" quand bon lui semble, Psiphon faisant office de serveur d'authentification sur Internet, en d'autre terme de "proxy web".
L'ordinateur intermédiaire assurant quelques traitements en local (TCP, SSL, HTML, etc), si vous gérez plusieurs utilisateurs et l'utilisez simultanément à des fins personnelles, il est prudent d'utiliser une machine assez puissante (> 1 GHz et > 256 MB RAM) sous peine de rapidement saturer le processeur.
Les internautes vivant dans des pays censurés qui souhaitent obtenir un login/mot de passe publient leur demande sur le forum "More siphon Communities" de Psiphon. Il suffit de leur répondre.
Si les données personnelles ne sont pas rendues publiques (pas même sur le forum du site qui peut-être consulté par les autorités chinoises), le système est relativement sûr. Vous trouverez plus de détails dans la FAQ, le manuel ainsi que le forum du site Psiphon.
Le programme Psiphon est d'autant plus utile qu'aujourd'hui les principaux hébergeurs de blogs établis à Canton, dont Yahoo et MSN, viennent de signer un pacte d'auto-discipline avec les autorités chinoises, une politique très critiquée en Occident car elle conduit directement ces sociétés à dénoncer les dissidents et les activistes aux autorités ! "J'ai toujours été intéressé par l'idée d'utiliser les ordinateurs pour apporter des changements sociaux et politiques", a dit Nart Villeneuve, le responsable du programme Psiphon.
Grâce à ce logiciel qui est distribué gratuitement, espérons qu'un peu plus d'internautes seront libres de s'exprimer dans les pays non démocratiques.
Si votre ordinateur est assez puissant, généralement allumé et connecté à Internet, vous savez ce qu'il vous reste à faire : téléchargez Psiphon et installez-le. De nombreux internautes n'attendent plus que vous pour s'exprimer enfin librement.
Pour plus d'information, consultez le site Psiphon qui met à votre disposition le logiciel, une FAQ, un manuel, le code source et un forum multilingue.
Parmi les autres programmes contournant la censure, il existe également JonDonym.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire